This image has an empty alt attribute; its file name is exercise-1024x683.jpg
Image by Daniel Reche from Pixabay

J’ai lu dans plusieurs livres self-help sur la santé mentale, comme Anxiety and Phobia Workbook d’Edmund Bourne, l’importance de la santé physique lorsqu’on est confronté à un problème de santé mentale. Le site du gouvernement du Québec énumère les avantages de l’exercice physique. Le site Jean Coutu décrit les avantages de l’exercice sur la santé mentale.

D’après mon expérience, et d’après ce que j’ai entendu ou lu, la personne est une combinaison de plusieurs facteurs : mental, physique, spirituel, social, etc. Un débat en psychologie consiste à déterminer si c’est la génétique (la nature) ou l’environnement (l’acquis) qui est le principal facteur expliquant pourquoi nous devenons qui nous sommes. Récemment, il semble que ce débat passe au second plan, car les gens se rendent compte que la génétique et l’environnement ont tous deux une incidence sur ce que nous devenons.

Il en va de même pour d’autres facteurs, tels que les facteurs mentaux, émotionnels, physiques et spirituels. Ce sont tous des facteurs qui déterminent comment notre vie se développe et qui nous devenons. Ils interagissent les uns avec les autres, de sorte que si vous travaillez sur un aspect de votre vie, comme l’exercice, les autres aspects de votre personne, comme le mental et l’émotionnel, s’améliorent également. Le principe directeur pour moi est la modération en toutes choses. Plutôt que de mettre l’accent sur un but ou un autre, j’essaie d’aborder plusieurs aspects ou domaines. Notre santé physique peut avoir un effet considérable sur notre santé mentale et émotionnelle, et vice versa. Certaines cultures, comme celle des Africains, ont tendance à exprimer les problèmes de santé mentale dans le corps, en se plaignant de diverses douleurs qui sont en fait des problèmes mentaux ou émotionnels au fond.

Mon approche de l’exercice est similaire à mon approche de toutes choses : un jour à la fois, des petits pas pour des petits pieds, une étape à la fois, et le progrès et non la perfection. Je pars du principe que si ça fait mal, il faut arrêter, au lieu de l’attitude « pas de douleur, pas de gain ». Je préfère faire de l’exercice presque tous les jours, du moins un peu, plutôt que de me surmener un jour et de ne pas faire d’exercice pendant une semaine parce que j’ai trop mal.

Si vous êtes plus jeune ou en bonne santé, vous pouvez envisager de pratiquer des sports individuels ou collectifs pour faire de l’exercice. Si vous ne savez pas quel exercice pratiquer, envisagez de reprendre un exercice ou un sport que vous pratiquiez lorsque vous étiez enfant, adolescent ou jeune adulte. Voici une liste d’exercices à envisager si vous manquez d’idées :

  • la marche ou la course sur un tapis roulant, ou à l’extérieur.
  • La randonnée pédestre.
  • Faire du vélo à l’extérieur ou sur un vélo d’appartement.
  • La natation.
  • Le ski alpin ou le ski de fond.
  • Lever des poids – même de petits poids peuvent faire la différence.
  • Dansez sur votre musique préférée ou sur une vidéo d’exercice sur Youtube comme celle de Zumba.
  • Inscrivez-vous dans un gymnase ou un centre de loisirs municipal.
  • Inscrivez-vous à un cours d’exercice ou de remise en forme.
  • Les arts martiaux comme le karaté, le judo ou le kickboxing.
  • Yoga, dans un cours, ou une vidéo youtube ou DVD.
  • Achetez des appareils d’exercice tels que le Total Gym.
  • Tapez « exercice » sur Google.
  • Allez sur le site de Youtube et tapez « exercice francais ».
  • Allez sur le site d’un magasin, comme Amazon, et cherchez « exercice ».
  • Rendez-vous dans un magasin de sport ou un grand magasin, et parcourez la section consacrée aux appareils d’exercice.

Mon frère, un marathonien de longue distance, m’a dit qu’il tombait malade lorsqu’il courait beaucoup plus loin ou plus longtemps que d’habitude. J’ai suivi son conseil, et même les jours où je me sens mieux et où j’ai envie d’en faire beaucoup plus, j’arrête peu après avoir atteint mon point d’arrêt normal.

J’ai constaté les avantages suivants de ma philosophie de l’exercice :

  • Faire de l’exercice est généralement une expérience positive, voire agréable ou joyeuse, au lieu de quelque chose que j’associe à la douleur, au travail et à l’inconfort.
  • Parce que j’ai une attitude généralement positive à l’égard de l’exercice, il m’est plus facile de me forcer, les jours où je dois le faire, à faire de l’exercice.
  • Je me sens souvent plus positive et plus énergique après avoir fait de l’exercice, parce que je m’arrête dès que je suis fatiguée, au lieu de pousser bien au-delà de mon point de fatigue.

En ce qui concerne la motivation, j’ai constaté que je dois généralement me pousser pour commencer à faire de l’exercice. En fait, je trouve que je dois me pousser pour faire la plupart des choses de toute façon et je soupçonne que c’est un symptôme de problèmes chroniques de santé mentale. Avec l’exercice, comme avec d’autres choses, une fois que j’ai fait de l’exercice pendant 10 minutes ou moins, l’inertie semble prendre le dessus et je n’ai pas besoin de faire autant d’efforts.

Pour moi, ce n’est pas toujours vrai pour tous les types d’exercices. Je fais du yoga pour mes douleurs lombaires et, la plupart du temps, je dois maintenir un niveau d’effort décent pour effectuer les différents exercices de yoga. Heureusement, mon humeur s’améliore une fois que j’ai terminé. Cette amélioration de l’humeur après l’exercice est une raison que j’utilise pour me motiver à faire les exercices de yoga.

Si vous avez des difficultés à vous motiver pour faire de l’exercice, essayez d’écrire toutes les raisons ou les avantages de faire de l’exercice. Gardez cette liste à portée de main lorsque vous manquez de motivation avant ou pendant l’exercice. Si vous vous arrêtez à mi-chemin et que vous n’avez pas envie de continuer à faire de l’exercice, jetez un coup d’œil à votre liste pour vous aider à vous pousser à faire la dernière moitié de vos exercices.

Une autre astuce pour maintenir la motivation m’a été donnée par le livre Être bien dans sa peu de David Burn. Sur une feuille de papier, écrivez la tâche que vous voulez accomplir, comme faire de l’exercice. Puis, à côté, notez, sur une échelle de 0 à 10, à quel point vous vous sentez motivé. Faites de même avec la difficulté que vous pensez que cela va représenter, sur une échelle de 0 à 10. Après avoir terminé la tâche, notez votre motivation après l’exercice et la difficulté réelle de l’exercice, sur une échelle de 0 à 10. Le chapitre 5 du livre Feeling Good propose d’autres méthodes pour surmonter la procrastination

Je trouve important d’y aller à un rythme ou une durée que je peux maintenir régulièrement. Les vidéos Youtube de Hasfit que j’ai trouvées pour les douleurs lombaires allaient à un rythme plus rapide que ce que je pouvais faire. J’avais des douleurs et j’étais incapable de faire de l’exercice tous les jours. J’ai donc appris à arrêter la vidéo sur ma tablette, pendant la vidéo, pour pouvoir m’exercer à mon propre rythme. L’entraîneur sur la vidéo Youtube demandait 12 répétitions, mais je ne faisais que six répétitions car c’était ma limite.

Avec le temps, j’ai pu faire les exercices à la même vitesse que dans la vidéo et avec le même nombre de répétitions. Comme le dit cette vidéo, vous vous sentirez heureux lorsque vous réaliserez que vous pouvez faire quelque chose que vous ne pouviez pas faire il y a deux semaines (ou deux mois pour les personnes plus âgées). En faisant plus d’exercice, vous deviendrez plus fort, vous pourrez tenir plus longtemps et vous vous sentirez plus énergique après l’effort au lieu d’être fatigué.

Si vous trouvez l’exercice ennuyeux, utilisez votre téléphone intelligent ou votre lecteur mp3 pour écouter cet audio de sage-and-intrepid.com, un livre audio ou de la musique. Certains équipements d’exercice, comme les tapis de course ou les vélos d’appartement, disposent d’emplacements pour poser un livre ou une tablette

Si vous faites de l’exercice par temps froid, une astuce que j’ai apprise de ma petite amie à l’université est de superposer les vêtements. Au lieu de porter une veste d’hiver et un t-shirt, vous portez une veste légère et plusieurs chemises ou pulls à manches longues. Vous êtes moins susceptible de transpirer et, si c’est le cas, vous pouvez enlever une couche et voir si cela vous aide à arrêter de transpirer.

Traduit avec l’aide de www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *