Se connaître soi-même – ce n´est pas si facile

Image by Gerd Altmann from Pixabay

Il n’est pas si facile ou simple de se connaître soi-même. En fait, souvent, les personnes qui nous entourent nous connaissent mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. J’ai trouvé deux facteurs contribuant à ce phénomène : les mécanismes d’autodéfense et la tendance à surestimer nos capacités.

Les mécanismes d’autodéfense sont des moyens inconscients de faire face à des conflits, des situations ou des désirs stressants. Pour Freud, les mécanismes d´autodéfense sont des moyens de gérer le conflit entre le ça, le moi et le surmoi. Avec modération, les mécanismes d’autodéfense sont souvent productifs et peuvent même être nécessaires à la survie. Mais lorsqu’ils sont utilisés trop souvent, ils deviennent dysfonctionnels et causent des problèmes à la personne et à son entourage.

J’ai pris les notes suivantes à partir de cette excellente vidéo concernant les mécanismes d’autodéfense de Freud. Dans cette vidéo, il décrit 8 mécanismes d’autodéfense:

  1. Le déni: refus de la réalité.
  2. Le déplacement: transfert de désir non acceptable.
  3. La projection: attribuer nos désirs ou nos peurs aux autres.
  4. La rationalisation: trouver des raisons plus acceptables.
  5. La formation réactionnelle: on adopte des croyances contraires à nos principes.
  6. La régression: utiliser des mécanismes plus anciens dans le stade du développement personnel – ie. l’enfance.
  7. La répression: bloque des souvenirs qui sont trop durs.
  8. La sublimation: rediriger nos désirs aux choses plus acceptables ou fécondes.

Voici trois autres ressources permettant de mieux comprendre les mécanismes d’autodéfense:

  • Cet article est complet, mais plus long et d’un style plus académique.
  • Cet article est plus court et plus facile à lire.
  • Cette vidéo explique les fondements des théories de Sigmund Freud sur les mécanismes d’autodéfense, le ça, le moi et le surmoi.

Le deuxième facteur est que la majorité des gens surestiment leurs capacités et leurs aptitudes, dans des domaines tels que le QI, le mémoire, les tâches cognitives, la capacité académique et professionnelle, la popularité, le bonheur relationnel, et la conduite des voitures. Voici trois citations de cet article “Supériorité illusoire” de Wikipedia :

¨En ce qui concerne le leadership, 70 % des étudiants se placent au-dessus de la médiane. Dans la capacité de bien s’entendre avec les autres, 85 % se placent au-dessus de la médiane; 25 % se sont classés dans le top 1 %.”

“Une grande majorité de la littérature sur la supériorité illusoire provient d’études sur des participants aux États-Unis.”

“Certaines études indiquent que les Asiatiques de l’Est ont tendance à sous-estimer leurs propres capacités afin de s’améliorer et de s’entendre avec les autres.”

Voici une citation de ce Ted Talk – avec sous-titres français – “Pourquoi les gens incompétents se croient formidables”:

Dunning et Kruger ¨ont dit que les gens qui manquent de connaissances et de compétences dans des domaines particuliers souffrent d´une double malédiction. Premièrement, ils font des erreurs et prennent de mauvaises décisions. Mais deuxièmement, ces mêmes lacunes de connaissances les empêchent également d´attraper leurs erreurs. En d’autres termes, les artistes médiocres manquent de l’expertise nécessaire pour reconnaître à quel point ils font mal.¨

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *