La solution à 1%

Image by stokpic from Pixabay

Mon idée est que si je peux faire 1% de plus chaque jour, alors les résultats s’accumuleront. Ou si je ne peux pas faire 1%, alors je m’efforcerai de faire 0,01%, ou du moins j’essaierai de ne pas reculer. Cette idée m’est venue de la première partie du livre 5% More de Michael Alden. Toute personne qui a lutté contre la dépression ou l’anxiété de façon continue sait à quel point cela peut être débilitant, et pour les personnes gravement déprimées, le simple fait de sortir du lit peut être un exploit. David Burns, dans son livre Être bien dans sa peau, propose de nombreuses idées pour faire face à ce problème, notamment au chapitre 5 – Votre apathie : comment vous en guérir. Il suggère de se fixer comme objectif de faire quelque chose, que vous avez remis à plus tard, pendant 15 minutes et pas plus. Si vous avez envie de continuer, tant mieux, mais ne vous attendez pas à faire plus de 15 minutes. Faire quelque chose 15 minutes par jour commence à s’accumuler si vous le faites tous les jours, ou plusieurs fois par jour, et à mon avis, c’est bien mieux que de ne rien faire du tout. La dure réalité, c’est qu’il faut se forcer à faire des choses, pour retrouver la santé, même si on pense de ne pas pouvoir les faire. Un autre livre qui semble utile, même si je n’en ai lu qu’une partie jusqu’à présent, est Getting It Done When You’re Depressed de John Preston et Julie Fast.

Un autre livre qui explique comment les petits changements peuvent s’accumuler au fil du temps est The Spark : The 28-Day Breakthrough Plan for Losing Weight. Les petits changements effectués quotidiennement, ou du moins les habitudes maintenues quotidiennement, créent une dynamique. Un changement positif dans une alimentation saine vous donne souvent plus d’énergie. Ayant plus d’énergie, vous pouvez commencer à faire de l’exercice. Même si les jeunes adoptent souvent l’attitude « no pain no gain » ou « go big or go home » lorsqu’il s’agit de faire de l’exercice, je doute que cela fonctionne avec les personnes souffrant de dépression ou d’anxiété. En ce qui concerne l’utilisation de mon vélo d’appartement ou de mon tapis roulant, je l’utilise jusqu’à ce que je commence à me fatiguer. Si je ne me fatigue pas comme je le fais habituellement, je peux arrêter avant d’être fatigué. Mon frère, un coureur de fond dans la cinquantaine qui a couru quelques marathons au cours des dix dernières années environ, dit que s’il court beaucoup plus loin que d’habitude, même s’il en a envie et qu’il le veut, il tombe souvent malade. L’exercice avec modération vous donne plus d’énergie, au lieu de vous sentir plus fatigué, et donc capable d’entreprendre d’autres petits changements ou objectifs dans un domaine qui vous tient à cœur. Si vous travaillez pour atteindre un objectif ou améliorer quelque chose qui vous tient à cœur, votre estime de soi s’améliore un petit peu, ce qui, là encore, vous donne plus d’énergie.

Même si Abdu’l-Baha dit de rechercher la perfection, je ne pense pas qu’il soit le moins du monde pratique d’attendre la perfection de soi-même tous les jours. Pour certaines personnes qui ont une capacité très élevée, cela peut être pratique. Mais pour la personne moyenne, c’est complètement irréaliste. De plus, j’ai lu dans quelques livres sur la procrastination que le perfectionnisme peut être une raison de la procrastination. C’est logique, surtout si la personne a l’idée que si elle ne peut pas le faire parfaitement, elle ne doit pas le faire du tout. Je pense qu’à notre époque où tout évolue rapidement, ce genre d’attitude est complètement dépassé. Dans certaines circonstances, comme pour un chirurgien cardiaque ou un contrôleur aérien, la perfection n’est pas seulement souhaitable mais nécessaire pour sauver des vies. S’attendre à avoir une maison parfaitement propre à tout moment, alors que l’on doit faire face à des priorités et des responsabilités plus importantes que cela, puis se fixer ce genre de norme pour soi-même est vraiment ridicule. Ridvan Moqbel, un bahá’í d’Irak qui a vécu en Grande-Bretagne et au Canada, disait « le progrès, pas la perfection ». Ma mère disait, un frère d’Ali Nakhjavani, de Selkirk au Manitoba, disait  » fais juste de ton mieux « .

Je pense que le perfectionnisme vient souvent de la société, des parents, des enseignants, des figures d’autorité, etc. Souvent, ces personnes s’inquiètent de l’image qu’elles ont de leur performance, plutôt que de leur propre bien-être. Une personne peut se laisser entraîner dans le perfectionnisme à cause de son ego, pour être meilleur que la moyenne ou que les autres, ou parce que les adultes sont coincés dans un état adolescent de compétition dans tout dans la vie. Je pense qu’un remède à cela est de faire des choses pour plaire à Dieu au lieu de chercher l’approbation des gens, de craindre Dieu au lieu de craindre des gens, et de soumettre sa volonté à celle de Dieu au lieu de faire les choses à sa façon ou d’essayer de répondre aux attentes des autres. Cette prière peut vous aider : En vérité, je fais cela pour Dieu, le Seigneur des cieux et de la terre, le Seigneur de tout ce qui est vu et invisible, le Seigneur de la création.

Une autre idée positive consiste à considérer que votre coupe est à moitié pleine (ou au quart pleine, ou autre), au lieu de toujours regarder vos défauts. Certes, nous devons nous rendre compte chaque jour de ce que nous faisons, et chercher nos imperfections : Ô fils de l’existence ! Fais ton examen de conscience chaque jour avant d’être appelé à comparaître en jugement. Car la mort fondra sur toi sans prévenir et tu devras rendre compte de tes actes. (Baha’u’llah, Les paroles cachées en arabe). Mais le fait de s’appesantir ou d’être obsédé par ses propres faiblesses et fautes n’aide personne.

Lorsque les gens sont déprimés, ils voient naturellement le côté sombre de la vie, chez les autres, et peut-être plus encore chez eux-mêmes, qu’ils connaissent mieux que quiconque. Cela peut être dû à une distorsion cognitive, comme le filtre mental, le fait de minimiser les aspects positifs, d’amplifier ses défauts et/ou de minimiser ses forces et ses réalisations.

En ce jour, le seul devoir de l’homme est d’obtenir la part du flot de grâce que Dieu lui destine. En conséquence, que personne ne s’attache à considérer la capacité du récipient. La part des uns peut tenir dans le creux de la main, celle des autres remplir une coupe ou même un tonneau. (Baha’u’llah, Florilège d’écrits de Bahá’u’lláh, 5.3)

Quiconque a fait l’expérience d’une maladie mentale débilitante sait combien il peut être difficile de faire des choses simples, comme sortir du lit pour les personnes gravement déprimées. C’est un aspect de la maladie mentale dont je pense que la plupart des gens ne sont pas conscients parce qu’ils n’en ont jamais fait l’expérience eux-mêmes. Ce qui est triste, c’est que certaines personnes peuvent rester dans cet état de dysfonctionnement, pendant des années. Si vous vous trouvez dans ce genre d’état, je pense qu’adopter l’attitude consistant à s’améliorer de 0,01 % chaque jour est en fait très pratique lorsque rien d’autre ne peut fonctionner. Cette idée d’une chose à la fois, d’un jour à l’autre, de petits pas pour de petits pieds, a été popularisée dans le film Comment ça va Bob? avec Bill Murray dont le psychiatre, joué par Richard Dreyfuss, a écrit un livre intitulé Baby Steps.

Chaque matin à votre lever, vous devriez comparer hier avec aujourd’hui et voir en quelle condition vous êtes. Si vous voyez que votre conviction est plus forte, que votre coeur est plus occupé de Dieu, que votre amour s’est accru et que votre détachement du monde a grandi, alors remerciez Dieu et demandez Lui l’accroissement de ces qualités. Vous devez vous mettre à prier et à vous repentir de vos mauvaises actions, et vous devez le supplier et Lui demander secours et assistance pour devenir meilleur que la veille et continuer à progresser. (Abdu’l-Baha, Star of the West – Vol.VIII, p.68.)

Traduit avec l´aide de www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *