Le tambour

Image by PublicDomainPictures from Pixabay

Une amie bahá’íe de longue date des Premières Nations m’a raconté comment elle utilise le tambour quotidiennement pour prier. Voici celui que j’ai acheté pour moi-même, avec un maillet de tambour comme celui-ci. J’ai aussi des tambours bon marché à emporter dans les bois près de chez moi. Quiconque connaît les célébrations des Premières Nations sait à quel point le tambour est important. Apparemment, de nombreuses cultures, peut-être toutes, ont incorporé le tambour à un moment donné dans leur histoire. Mon amie a dit qu’elle n’avait aucune méthode pour l’utiliser, donc je n’ai jamais été pris à apprendre « la bonne façon » d’utiliser le tambour. Je trouve que le tambour m’aide à mieux me vider l’esprit, donc les pensées distrayantes ne me gênent pas. Je garde un rythme régulier, environ une fois par seconde, ou le rythme d’un rythme cardiaque.

Je utilise le tambour pour dire les prières en général et les 95 plus grands noms: « A noter que l’utilisation des chapelets dans les religions est souvent la répétition d’une courte phrase concentrée autour d’un nom de Dieu. C’est aussi le cas de la foi baha’ie avec la répétition quotidienne de 95 fois du nom sacré « Allah’u’Abha » signifiant « ô toi Dieu le plus glorieux » – 9 symbolisant Baha’u’llah et 5 le Bab » (religare.org).

Je combine chacun des 5 plus grands noms avec un seul nom de Dieu, comme présenté dans un article précédent sur ce site. Je pense un peu au nom de Dieu que j’ai choisi, puis dis 5 plus grands noms en pensant à ce nom de Dieu. Il est facile de garder une trace du nombre de plus grands noms que j’ai prononcés, puisque je compte 19 noms de Dieu à partir de mon fichier Word sur ma tablette et que je sais quand j’en ai assez dit. Cela semble convenir, à cause du nombre 19, non?

Ici quelques vidéos Youtube qui démontrent le tambour:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *